Degrenne fête ses 70 ans

En imaginant des couverts en inox, nous voulions réinventer l'orfèvrerie pour révolutionner les arts de la table ; grâce à vous, nous avons fait bien plus.

Nous avons follement bien vécu. 70 ans de moments de vie, 70 ans de moments passés à table, 70 ans d'hiers mémorables, d'aujourd'huis insouciants, de demains que l'on attend, pour lesquels nous vous remercions.

Nous avons tout l'art de vivre devant nous.

  • Des artisans d'exception ... Des artisans d'exception ...

    Des artisans d'exception ...

    La Maison DEGRENNE arbore avec fierté le label Entreprise du Patrimoine Vivant, qui distingue les entreprises emblématiques de l’excellence artisanale et industrielle française.

    À Vire comme à Limoges, c’est l’excellence d’hommes et de femmes passionnés par leur métier, qui perpétuent des savoir-faire transmis de génération en génération et sont toujours prêts à relever de nouveaux défis.
  • Des artisans d'exception ... Des artisans d'exception ...

    Des artisans d'exception ...

    Limoges

    La fabrication de la Porcelaine de Limoges fait appel à de multiples savoir-faire artisanaux hautement spécialisés.
  • Cécile Souton Cécile Souton

    Cécile Souton

    Finition de pièces

    Avant la première cuisson, toutes les pièces subissent une étape de finition pour éliminer les imperfections telles que les coutures des moules mais également pour travailler les becs et anses de certains produits.

    Cécile Souton a 29 ans de carrière dans l'usine DEGRENNE de Pierre-Buffière, près de Limoges. Elle apprécie l'aspect artistique du métier et l'ambiance familiale.
  • Cécile Souton
  • Cécile Souton

    Finition de pièces

    Avant la première cuisson, toutes les pièces subissent une étape de finition pour éliminer les imperfections telles que les coutures des moules mais également pour travailler les becs et anses de certains produits.

    Cécile Souton a 29 ans de carrière dans l'usine DEGRENNE de Pierre-Buffière, près de Limoges. Elle apprécie l'aspect artistique du métier et l'ambiance familiale.
  • Brigitte Faucher N&B Brigitte Faucher N&B
  • Brigitte Faucher Brigitte Faucher

    Brigitte Faucher

    émaillage

    Brigitte Faucher travaille depuis 1975 dans le « blanc », comme on appelle ici l'univers consacré à la fabrication de pièces avant la décoration. Elle se souvient du rachat de l'usine par DEGRENNE : « À l'époque, la marque, c'était pour nous la fameuse publicité du cancre. Appartenir à une entreprise qui avait cette notoriété, rentrer dans le monde industriel, c'était une fierté ».

    À la sortie du premier four, chaque pièce est trempée à la main - souvent jusqu'au coude - dans un bain d'émail qui donne un aspect lisse et brillant.
  • Christelle Baile Christelle Baile

    Christelle Baile

    Pose de décalcomanies

    La qualité des décors est un des éléments qui a contribué à la réputation d'excellence de la Porcelaine de Limoges. Pour Christelle Baile, décalqueuse chez DEGRENNE depuis 23 ans, ce métier a été comme une évidence?: sa famille était déjà dans la porcelaine et elle aussi aimait le travail manuel.
    Christelle trempe la décalcomanie (chromolithographie) dans l'eau afin de détacher le motif de son support et l'appose à la main, sans guide ni repères, sur la porcelaine blanche.
  • Christelle Baile
  • Christelle Baile

    Pose de décalcomanies

    La qualité des décors est un des éléments qui a contribué à la réputation d'excellence de la Porcelaine de Limoges. Pour Christelle Baile, décalqueuse chez DEGRENNE depuis 23 ans, ce métier a été comme une évidence?: sa famille était déjà dans la porcelaine et elle aussi aimait le travail manuel.
    Christelle trempe la décalcomanie (chromolithographie) dans l'eau afin de détacher le motif de son support et l'appose à la main, sans guide ni repères, sur la porcelaine blanche.
  • Des artisans d'exception ... Des artisans d'exception ...

    Vire

    La Maison DEGRENNE arbore avec fierté le label Entreprise du Patrimoine Vivant, qui distingue les entreprises emblématiques de l'excellence artisanale et industrielle française.
    À Vire comme à Limoges, c'est l'excellence d'hommes et de femmes passionnés par leur métier, qui perpétuent des savoir-faire transmis de génération en génération et sont toujours prêts à relever de nouveaux défis.
  • Gilles Colasse N&B Gilles Colasse N&B
  • Gilles Colasse Gilles Colasse

    Gilles Colasse

    Gravure

    C'est dans le talent et la fidélité d'artisans comme Gilles Colas que DEGRENNE puise sa force. Embauché à Vire pour trois mois avec son CAP Fraiseur Machine Outil en poche, il est à sa 42ème année, à seulement quelques mois de la retraite, et se décrit modestement comme «?pas trop maladroit?».

    Le métier de graveur, inscrit dans la tradition de l'orfèvrerie, consiste à créer et développer les nouveaux modèles, fabriquant d'abord ses outils puis les étalons des matrices d'estampage du décor. Et si l'informatique a fait évoluer le travail, le sien reste un savoir-faire irremplaçable demandant des qualités de minutie et de précision, outre un oeil aiguisé.
  • Denis Richard Denis Richard

    Denis Richard

    Fabrication de couverts

    On n'imagine pas le nombre d'étapes nécessaires à la fabrication d'un couteau que supervise Denis Richard. Bien que mécanisé, il s'agit d'un travail exigeant, qui requiert des compétences techniques et la plus grande attention.

    Fils d'un artisan DEGRENNE, Denis Richard est devenu une des mémoires de l'entreprise. Il n'avait que 16 ans quand il a suivi la même voie que son père. Il se souvient de la passion de la technique qui animait « Monsieur Guy », le fondateur.

    Aujourd'hui, avec 44 ans de maison, le plus ancien employé de l'usine de Vire, Denis Richard conserve intact le souci de la qualité et de la rigueur.
  • Denis Richard
  • Denis Richard

    Fabrication de couverts

    On n'imagine pas le nombre d'étapes nécessaires à la fabrication d'un couteau que supervise Denis Richard. Bien que mécanisé, il s'agit d'un travail exigeant, qui requiert des compétences techniques et la plus grande attention.

    Fils d'un artisan DEGRENNE, Denis Richard est devenu une des mémoires de l'entreprise. Il n'avait que 16 ans quand il a suivi la même voie que son père. Il se souvient de la passion de la technique qui animait « Monsieur Guy », le fondateur.

    Aujourd'hui, avec 44 ans de maison, le plus ancien employé de l'usine de Vire, Denis Richard conserve intact le souci de la qualité et de la rigueur.
  • Bruno Dumontier Bruno Dumontier

    Bruno Dumontier

    Finition platerie et polissage

    L'amour du métier, c'est la phrase qui revient le plus souvent lorsque l'on rencontre les artisans DEGRENNE. Bruno Dumontier n'est pas une exception. Arrivé à Vire depuis la Seine-Maritime en 1987, il a effectué toute sa carrière comme polisseur de platerie. Un travail complexe où le visuel est important, assez physique et parfois dangereux. Après l'emboutissage, les finitions consistent à éliminer les petites bavures, défauts ou rayures pour obtenir un rendu esthétique.

    « Les outils ont peu évolué, c'est une opération essentiellement manuelle »
  • Bruno Dumontier
  • Bruno Dumontier

    Finition platerie et polissage

    L'amour du métier, c'est la phrase qui revient le plus souvent lorsque l'on rencontre les artisans DEGRENNE. Bruno Dumontier n'est pas une exception. Arrivé à Vire depuis la Seine-Maritime en 1987, il a effectué toute sa carrière comme polisseur de platerie. Un travail complexe où le visuel est important, assez physique et parfois dangereux. Après l'emboutissage, les finitions consistent à éliminer les petites bavures, défauts ou rayures pour obtenir un rendu esthétique.

    « Les outils ont peu évolué, c'est une opération essentiellement manuelle »
  • Martine Marie N&B Martine Marie N&B
  • Martine Marie N&B Martine Marie N&B

    Martine Marie

    Contrôle qualité

    Les couverts sont contrôlés un par un et minutieusement inspectés par les mains engantées de Martine Marie.
    Elle a à son actif 22 ans d'expérience au sein de la maison DEGRENNE. Le contrôle requiert un bon oeil et une extrême concentration pour repérer les pièces qui doivent repartir au repolissage ou en réparation. À la clé, la réputation de qualité de DEGRENNE, à laquelle Martine Marie est fière de contribuer.

    «C'est quand même une grande marque. Je m'en suis rendu compte lors des ventes à l'usine, les gens viennent de très loin pour acheter nos produits?».
  • Degrenne Paris Degrenne Paris

    Degrenne Paris

    L'aventure initiée en 1948 continue, avec le même esprit d'innovation et le même souci de l'excellence qui caractérisent la maison de puis sa création.

    Un bel avenir s'offre à elle pour cultiver, encore et toujours, l'art du moment.
  • 70 ANS D’AUDACE ET D’ART DE VIVRE 70 ANS D’AUDACE ET D’ART DE VIVRE

    70 ANS D’AUDACE ET D’ART DE VIVRE

    Voilà 70 ans, Guy Degrenne révolutionnait les arts de la table, porté par une vision, celle de rendre l’orfèvrerie accessible à tous. Clairvoyant, le jeune entrepreneur normand avait compris le potentiel de l’acier inoxydable pour fabriquer des couverts et avait perçu, dans la France d’après-guerre, le désir de modernité. Avec audace, passion et détermination, il allait marquer les tables de son empreinte et hisser son entreprise au rang de leader du marché. Aujourd’hui, la Maison DEGRENNE s’attache toujours à répondre aux envies des foyers comme des restaurants, du petit déjeuner au dîner, avec ses collections de couverts, vaisselle, verrerie, articles culinaires ou encore de décoration. Forte du savoir-faire unique de ses artisans, la marque s’inscrit dans son époque et cultive l’esprit d’innovation, si fortement ancré dans son ADN, pour incarner le renouveau de l’Art de Vivre à la française. Retour sur une réussite exemplaire, qui est à la fois une formidable aventure industrielle et humaine.
  • UNE VOLONTÉ INOXYDABLE UNE VOLONTÉ INOXYDABLE

    UNE VOLONTÉ INOXYDABLE

    Guy Degrenne est encore étudiant quand il pressent le déclin de la ferronnerie artisanale sur laquelle repose l’affaire familiale et entrevoit dans l’inox un matériau d’avenir pour la fabrication de couverts de table, de par sa résistance et sa longévité. Des qualités qui inquiètent justement son père, propriétaire à Sourdeval (Manche) d’une forge qui produit des pièces de ferronnerie et des couverts en étain et en métal aciéré. Comment des couverts incassables et inusables, dont la production revient cher, pourraient-ils devenir rentables ? Les fabricants de la région ne sont pas plus optimistes : « Le petiot bouffera tout ce que son père a gagné, il se coulera ! ». Loin de le décourager, le scepticisme de son entourage aiguise sa ténacité et sa volonté de démocratiser les arts de la table. Disposant de peu de moyens et obligé de se procurer le précieux alliage à un prix élevé, il a une deuxième idée révolutionnaire pour faire des économies : recycler le blindage des chars abandonnés sur les plages de Normandie après la guerre afin de réaliser les matrices de découpe et d’emboutissage des couverts. Il l’achète aux ferrailleurs et envoie même des hommes dans les « cimetières d’épaves » découper au chalumeau ce qui peut encore être récupéré.
  • UNE VOLONTÉ INOXYDABLE
  • UNE VOLONTÉ INOXYDABLE

    Guy Degrenne est encore étudiant quand il pressent le déclin de la ferronnerie artisanale sur laquelle repose l’affaire familiale et entrevoit dans l’inox un matériau d’avenir pour la fabrication de couverts de table, de par sa résistance et sa longévité. Des qualités qui inquiètent justement son père, propriétaire à Sourdeval (Manche) d’une forge qui produit des pièces de ferronnerie et des couverts en étain et en métal aciéré. Comment des couverts incassables et inusables, dont la production revient cher, pourraient-ils devenir rentables ? Les fabricants de la région ne sont pas plus optimistes : « Le petiot bouffera tout ce que son père a gagné, il se coulera ! ». Loin de le décourager, le scepticisme de son entourage aiguise sa ténacité et sa volonté de démocratiser les arts de la table. Disposant de peu de moyens et obligé de se procurer le précieux alliage à un prix élevé, il a une deuxième idée révolutionnaire pour faire des économies : recycler le blindage des chars abandonnés sur les plages de Normandie après la guerre afin de réaliser les matrices de découpe et d’emboutissage des couverts. Il l’achète aux ferrailleurs et envoie même des hommes dans les « cimetières d’épaves » découper au chalumeau ce qui peut encore être récupéré.
  • À LA CONQUÊTE DU MARCHÉ À LA CONQUÊTE DU MARCHÉ

    À LA CONQUÊTE DU MARCHÉ

    L’activité de Guy Degrenne démarre en 1948 à Sourdeval avec sept ouvriers et le pari se révèle payant dès la première année : l’entreprise dégage des bénéfices. L’entretien facile, la modernité et le prix abordable des couverts en inox ont conquis les familles françaises et la demande explose rapidement. En 1954, Guy Degrenne emploie 50 personnes, soit plus de sept fois plus qu’à sa création. Nouveaux modèles, nouvelles gammes, la production se diversifie progressivement avec la fabrication de plats en inox, couteaux et casseroles. L’objectif : maîtriser l’ensemble des produits en inox de l’univers de la table et de la cuisine pour satisfaire la demande non seulement des foyers mais aussi des professionnels de l’hôtellerie et de la restauration. Sa gestion rigoureuse restera également une des clés du succès de l’entreprise. Econome, Guy Degrenne combat le gaspillage et cultive l’art de la récupération. Le souci de ne rien gaspiller s’impose aussi à la fabrication.
  • À LA CONQUÊTE DU MARCHÉ
  • À LA CONQUÊTE DU MARCHÉ

    L’activité de Guy Degrenne démarre en 1948 à Sourdeval avec sept ouvriers et le pari se révèle payant dès la première année : l’entreprise dégage des bénéfices. L’entretien facile, la modernité et le prix abordable des couverts en inox ont conquis les familles françaises et la demande explose rapidement. En 1954, Guy Degrenne emploie 50 personnes, soit plus de sept fois plus qu’à sa création. Nouveaux modèles, nouvelles gammes, la production se diversifie progressivement avec la fabrication de plats en inox, couteaux et casseroles. L’objectif : maîtriser l’ensemble des produits en inox de l’univers de la table et de la cuisine pour satisfaire la demande non seulement des foyers mais aussi des professionnels de l’hôtellerie et de la restauration. Sa gestion rigoureuse restera également une des clés du succès de l’entreprise. Econome, Guy Degrenne combat le gaspillage et cultive l’art de la récupération. Le souci de ne rien gaspiller s’impose aussi à la fabrication.
  • Visuel fourchettes Visuel fourchettes
  • INNOVER, ENCORE ET TOUJOURS INNOVER, ENCORE ET TOUJOURS

    INNOVER, ENCORE ET TOUJOURS

    Bientôt, la croissance de l’entreprise est telle que les installations de Sourdeval ne suffisent plus et une nouvelle usine située à Vire (Calvados) entre en service en 1968. C’est l’occasion d’innover totalement et de mettre en œuvre la fabrication en ligne. Elle permet de proposer des produits à un prix abordable et de rester compétitif face à la concurrence, notamment américaine. Inaugurée par Jacques Chirac, alors secrétaire d’État, l’usine de Vire est révolutionnaire et ultramoderne. La productivité monte en flèche : en 1973, l’usine de Vire produit un couvert par seconde, soit 40% de plus qu’à Sourdeval. L’inox a conquis droit de cité sur toutes les tables et la maison DEGRENNE en est devenu l’emblème français. Marque de référence, elle est incontournable sur les listes de mariage et équipe aussi bien les foyers que les grands restaurants, les plus beaux hôtels ou encore les principales compagnies aériennes.
  • Visuel portrait Visuel portrait
  • UNE SAGA PUBLICITAIRE DEVENUE CULTE UNE SAGA PUBLICITAIRE DEVENUE CULTE

    UNE SAGA PUBLICITAIRE DEVENUE CULTE

    Pour se distinguer de ses concurrents et valoriser sa marque à long terme, Guy Degrenne, lance en 1974 sa première campagne TV réalisée par un certain... Claude Chabrol. Déjà présent en affichage et en presse, il sera le premier des orfèvres populaires à oser investir le petit écran. Les campagnes s’enchaînent à partir de cette année et la marque s’offre plusieurs vedettes du moment comme Thierry Le Luron, Chantal Goya, Line Renaud ou encore Jean-Pierre Cassel pour vanter la qualité et la diversité des produits Guy Degrenne. Le spot intitulé « Le Proviseur », plus connu à cause du personnage du cancre, restera dans la mémoire collective. Encore un pari osé ! Le grand public est séduit par le personnage de l’autodidacte déterminé et fidèle à sa passion. La campagne connait un formidable succès et sera déclinée jusqu’au milieu des années 80, assurant à la maison DEGRENNE notoriété inégalée dans son secteur d’activité et la sympathie des Français.
  • Visuel Porcelaine Visuel Porcelaine
  • UN NOUVEL ATOUT : LA PORCELAINE DE LIMOGES UN NOUVEL ATOUT : LA PORCELAINE DE LIMOGES

    UN NOUVEL ATOUT :

    LA PORCELAINE DE LIMOGES

    Après une succession de rachats parmi ses concurrents – douce revanche sur ceux qui le prenaient de haut à ses débuts – Guy Degrenne commence à réfléchir à sa succession. C’est dans une logique de diversification que la maison DEGRENNE enrichit son savoir-faire avec le rachat en 1988 d’une usine de porcelaine près de Limoges, à Pierre-Buffière (Haute-Vienne). Comme pour l’orfèvrerie, la conception et la fabrication de cette céramique d’exception, au prestige inégalé, imposent de maîtriser des compétences très spécialisées. L’entreprise devient rapidement le deuxième porcelainier français et fait appel aux grands noms du design et à de nombreux stylistes pour concevoir formes et décors. Une autre usine est achetée en 1999 à Alfold (Hongrie). Afin de développer une offre complète autour de l’art de vivre, des verres et des articles de cuisine sont également commercialisés. Forte de l’extension de ses gammes, la marque ouvre sa première boutique en 1996, un an avant son introduction sur le Second Marché de la bourse de Paris.
  • UN NOUVEAU DEGRENNE SE DÉVOILE UN NOUVEAU DEGRENNE SE DÉVOILE

    UN NOUVEAU DEGRENNE SE DÉVOILE

    Aujourd’hui, la Maison DEGRENNE se relance pour rester pertinente et désirable, accompagnée par un nouvel actionnaire, la société Diversita, et par une nouvelle équipe dirigeante. Toujours attentive à l’évolution des modes de vie et de consommation, la marque s’inscrit dans son époque avec audace et modernité. Elle transcende les arts de la table pour exprimer le renouveau de l’Art de Vivre à la française. Cette refonte ambitieuse puise son élan dans l’excellence de son savoir-faire et s’appuie sur l’amélioration de la compétitivité des usines de Vire et Limoges et le rapatriement de productions, permettant de mettre en avant l’offre de produits Made in France. Poursuivant la quête d’innovation de son fondateur, la Maison DEGRENNE imagine de nouvelles gammes, comme celles d’ustensiles et de couverts créées en collaboration avec le designer Philippe Starck autour de l’iconique Économe. La distribution a été, elle aussi, repensée et se veut résolument omni-canal,. La présence sur le digital a été renforcée tandis qu’un nouveau concept de magasin se déploie depuis avril 2018. Les ventes aux professionnels de l’hôtellerie et de la restauration, notamment à l’international, constituent un autre vecteur de croissance. La marque inspire les professionnels, mais collabore également avec eux pour créer de véritables outils de dégustation, pensés pour faire naître les plus belles émotions. L’aventure initiée en 1948 continue, avec le même esprit d’innovation et le même souci de l’excellence qui caractérisent la maison de puis sa création. Un bel avenir s’offre à elle pour cultiver, encore et toujours, tout l’art de vivre.
  • UN NOUVEAU DEGRENNE SE DÉVOILE
  • UN NOUVEAU DEGRENNE SE DÉVOILE

    Aujourd’hui, la Maison DEGRENNE se relance pour rester pertinente et désirable, accompagnée par un nouvel actionnaire, la société Diversita, et par une nouvelle équipe dirigeante. Toujours attentive à l’évolution des modes de vie et de consommation, la marque s’inscrit dans son époque avec audace et modernité. Elle transcende les arts de la table pour exprimer le renouveau de l’Art de Vivre à la française. Cette refonte ambitieuse puise son élan dans l’excellence de son savoir-faire et s’appuie sur l’amélioration de la compétitivité des usines de Vire et Limoges et le rapatriement de productions, permettant de mettre en avant l’offre de produits Made in France. Poursuivant la quête d’innovation de son fondateur, la Maison DEGRENNE imagine de nouvelles gammes, comme celles d’ustensiles et de couverts créées en collaboration avec le designer Philippe Starck autour de l’iconique Économe. La distribution a été, elle aussi, repensée et se veut résolument omni-canal,. La présence sur le digital a été renforcée tandis qu’un nouveau concept de magasin se déploie depuis avril 2018. Les ventes aux professionnels de l’hôtellerie et de la restauration, notamment à l’international, constituent un autre vecteur de croissance. La marque inspire les professionnels, mais collabore également avec eux pour créer de véritables outils de dégustation, pensés pour faire naître les plus belles émotions. L’aventure initiée en 1948 continue, avec le même esprit d’innovation et le même souci de l’excellence qui caractérisent la maison de puis sa création. Un bel avenir s’offre à elle pour cultiver, encore et toujours, tout l’art de vivre.
  • Fin Fin